Les résultats officiels des législatives attendus jeudi.

Les regards sont désormais tournés vers la Haute Cour Constitutionnelle (HCC), qui s’apprête à publier les résultats officiels des élections législatives tenues le 29 mai dernier. En pleine effervescence, les juges constitutionnels et les employés de la HCC travaillent sans relâche, jour et nuit, pour recompter les voix et traiter les contentieux électoraux. Cette frénésie vise à respecter la date butoir du 27 juin, correspondant aux 16 jours de délais constitutionnels imposés pour la finalisation des résultats électoraux.

La publication des résultats officiels, prévue ce jeudi, est cruciale pour l’avenir de l’Assemblée nationale. Si les résultats sont effectivement proclamés le 27 juin, une session spéciale de l’Assemblée pourrait avoir lieu le 9 juillet. L’article 78 de la Constitution stipule que « l’Assemblée nationale se réunit de plein droit en session spéciale le deuxième mardi qui suit la proclamation des résultats de son élection pour procéder à la constitution de son bureau et à la formation des commissions ».

Ainsi, bien que le mandat de l’actuelle législature se termine le 1er juillet, celui des nouveaux députés commencera dès la proclamation des résultats.Les employés de la HCC sont donc sous une forte pression pour respecter les délais constitutionnels tout en assurant la transparence et l’exactitude des résultats. Cette étape marque non seulement la fin d’une législature mais aussi le début d’une nouvelle ère politique pour Madagascar. Les enjeux sont élevés, et les prochaines semaines s’annoncent décisives pour déterminer le futur paysage politique du pays.En termes de personnalités politiques, certaines figures emblématiques de la législature sortante pourraient être absentes de la nouvelle configuration de la Chambre basse.

Christine Razanamahasoa, ancienne présidente de l’Assemblée nationale, et Brunelle Razafitsiandraofa, vice-président sortant pour Fianarantsoa, ont perdu leur soutien au sein du gouvernement et n’ont pas réussi à se faire réélire. À l’inverse, de nouvelles figures émergent, telles que Marie Michelle Sahondrarimalala, ancienne ministre de l’Éducation nationale élue provisoirement à Fianarantsoa, et l’artiste Din Rotsaka, de son vrai nom Bernardin Rabeharison, élu provisoirement à Befandriana Nord.La proclamation des résultats des législatives marque ainsi un tournant significatif, en apportant de nouvelles dynamiques au sein de l’Assemblée nationale et en influençant profondément le paysage politique malgache pour les années à venir.

Anne ALICE AIMÉE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *