Trafic des enfants atteints d’albinisme : LES VIERGES COMME PREMIER CIBLE

Le trafic des personnes atteints d’albinisme est l’une des phénomènes sociaux qui terrifie les gens dans toutes les zones rurales en occurrence la partie Sud de la Grande Ile. À Madagascar en particulier, la violence, les meurtres et les vols d’organes sont monnaie courante dans cette partie sud de l’île. Une cible particulière est un enfant ou un adolescent encore vierge atteints d’albinisme. Cependant, il n’existe toujours d’indication claire sur la raison de cette massacre humain.

La situation actuelle des personnes atteints d’albinisme à Madagascar est à la fois triste et choquante. Ils n’ont nulle part où aller et se demandent constamment où se cacher face à la recrudescence des persécutions gratuite qui pèsent sur eux tous les jours.

 Ils ont toujours été stigmatisés, considérés comme une classe de personnes inférieurs. Cela se joue actuellement en une violence potentiellement mortelle.

“Les gens pensent que nos enfants ont des qualités particulières magiques et d’autres vertus qui portent chance aux gens qui veulent être riches ou célèbre”, a déclaré Mme Soavelo Martine, une mère de famille qui habite à Ambovombe Androy, – elle a un enfant albinos de 17 ans et a été interviewée le 11 août 2022.

” Nous avons dû déménager à Ambovombe, pour échapper aux discriminations d’un côté et aux enlèvements de l’autre”, continue-t-il.

Il existe d’autres sources, comme le pasteur Raminojaona Andreass, qui a été interviewé à Amboasary Atsimo, le 16 septembre dernier, affirmant que c’est un outil sacré et précieux pour les bandits, en particulier les voleurs des Zébus, : pour eux les yeux des enfants atteints d’albinisme renferment des forces magiques. Il a déclaré : « L’une des cibles particulières est l’enfant qui est encore vierge, qu’il s’agisse d’un garçon ou d’une fille. C’est-à-dire ceux qui n’ont jamais eu de relations sexuelles. De plus, les bébés ou bien les enfants ne parlent pas encore. Je ne sais pas pourquoi ils devraient être choisis ce type des personnes. Ce qui est certain dépend de la question de la foi. Après tout, les habitants des zones rurales ont tendance à croire facilement”, a-t-il déclaré.

Un journaliste qui habite à Ambovombe Androy, Andrianambe ou Chryslère confirme cette hypothèse. Les membres de la Force de l’ordre, comme ceux de la brigade Soanala, district de Betroka, ont déclaré qu’ils ne savent pas clairement pourquoi les trafiquants choisissent   des enfants et des adolescents ?

L’Adjudant Miandisoa Jean Noël a déclaré que « nous n’avons vraiment pas d’informations précises en quoi ces organes sont nécessaires. Concernant la question de la virginité, nous n’avons aucune information car nous ne pouvons pas la vérifier”, a-t-il partagé son avis.

A noter que la brigade de Soanala élève actuellement huit enfants atteints d’albinisme. Ces enfants ont été pris pour cible par les ravisseurs, mais ils ont toujours réussi à s’en sortir. “Certains d’entre eux ont été attaqués chez eux, mais la nuit où ils étaient sur le point d’être emmenés, les enfants n’y ont pas dormi. Certains d’entre eux ont été entre les mains de mauvaises personnes qui ont été arrachées à leurs pères. Suite à l’interpellation des malfaiteurs, il a été abattu”, a expliqué ce gendarme.

Une question de foi et de pouvoir

En réalité, les enfants sont pourchassés, notamment pour récupérer leurs yeux. Pour ceux de la région du Sud-Ouest, comme dans le district d’Ampanihy, un officier qui a choisi de rester anonyme a déclaré que les rumeurs selon lesquelles il y aurait un « pouvoir caché » qui les distingue constitue une grande incitation pour les criminels à s’en emparer.

Les ravisseurs sont convaincus que les rituelles avec les personnes atteintes d’albinisme leur donnent des forces magiques et les protègent face aux forces de l’ordre. “Les bandits pensent que nous ne pourrons pas le rattraper. Le plus terrible, c’est qu’ils osent sacrifier un enfant ou un adolescent innocent”, a-t-il conclu.

En plus, des rumeurs se propagent dernièrement pour dire qu’il y a des joyaux dans les yeux des personnes atteints d’albinisme. Voilà pourquoi les enlèvements, les meurtres et l’arrachage des yeux des enfants du village se sont répandus dans toute la partie Sud de l’île. Il y a eu plusieurs cas à Atsimo Andrefana, Menabe, Anosy, Androy, Ihorombe, AtsimoAtsinanana, jusqu’à Vatovavy, Fitovinany, MatsiatraAmbony et Amoron’i Mania.  

DES ZONES D’OMBRES

Lors de l’enquête menée trois mois avant la publication de l’article, il n’existe toujours aucune information officielle sur la véritable raison de ce phénomène social. Même les responsables des forces armées se contentent des rumeurs et des informations diffusées sur Internet et sur les réseaux sociaux.

CAS DE IKONGO

On ne plaisante pas sur l’affaire des personnes atteints d’albinisme dans la région Fitovinany. Voyons ensemble les faits concernant « l’Affaire Ikongo », survenue le 29 août 2022. Le bilan officiel fait état de 23 morts, et 46 personnes blessées. A l’origine, quatre présumés ravisseurs des enfants atteints d’albinisme ont été arrêtées et les villageois fokonolona (résidents locaux) ont tenté de pénétrer de force dans la caserne de la Gendarmerie .

Quelque semaine après, les deux parties (les forces de l’ordre et les représentant des villageois) ont déjà exprimé leur opinion, mais la question n’est pas encore réglée. D’où le député Razafitsiandraofa Jean Brunelle a lancé un appel pour ouvrir une enquête parlementaire, lors de l’assemblée ordinaire de l’Assemblée nationale le 15 novembre 2022.

44 cas d’enlèvements et de meurtres d’enfants atteints d’albinisme en 2021-2022

Quelques jours après l’incident survenu à Ikongo, une opération spéciale menée par des éléments de la force de l’ordre s’est déroulée dans toute l’île pour éradiquer ce fléau. Diverses stratégies ont été mises en place, outre la recherche des auteurs, les enfants atteints d’albinisme ou leurs familles ont été élevés presque de force, afin de faciliter la protection. Mais il s’agissait de solutions temporaires, mais rien de permanent. Il est clair que ni la police ni les gendarmes n’auront les moyens d’y faire face. Nous savons tous que les outils dont dispose les forces de l’ordre ne suffisent pas.

Après cet incident, les Nations Unis ont également envoyé un envoyé spécial à Madagascar. Mme Muluki-Anne Miti-Drummond, qui est l’une des expertes des enfants atteints d’albinisme et qui lutte pour leurs droits. Elle a commencé à travailler à Madagascar du 20 au 30 septembre. Il y a eu une rencontre entre lui et les dirigeants du gouvernement malgache à Antananarivo, Anosy et Androy.

Son voyage à Madagascar a mis en lumière les statistiques qu’il a publiées, affirmant que 33 incidents ont été enregistrés dans les gendarmes, tandis que 11 dans la police nationale.

Cette statistique n’est pas forcément exacte car il y a beaucoup de cas qui ne sont pas portés à l’attention de la police, à cause des cas qui se produisent dans les campagnes, zone enclavée”, a-t-il dit. Il y aura un rapport officiel sur les droits de l’homme et les droits des personnes atteintes d’albinisme en 2023.

Ramiandrisoa Soja Fulgence : « 90 % de nos amis vivent dans la pauvreté »

LEDEFI MADAGASCAR (*) : Pouvez-vous nous expliquer à quoi ressemble cette personne atteinte d’albinisme ?

Ramiandrisoa Soja Fulgence (-) : Les personnes atteintes d’albinisme sont physiquement handicapées en raison du manque de « mélanine » en elles. Il ne supporte pas le soleil et la lumière en général. Nous avons des problèmes de peau et des yeux. C’est quelqu’un dont il faut prendre soin lorsqu’il quitte la maison. Ce n’est pas une maladie, il n’est pas dangereux et ce n’est pas contagieux. Nous vivons comme tout le monde.

Quels problèmes rencontrez-vous ?

 – En général, le plus grave est l’exclusion et l’oppression. Beaucoup de nos voisins nous rejettent encore. L’un des défis les plus difficiles à surmonter se situe dans le monde du travail. Les gens nous ignorent, même si nous répondons aux exigences et aux compétences de l’entreprise.

* Avez-vous une solution à ce problème ou comment allez-vous y faire face ?

– Si je me souviens bien, il y a eu des enlèvements de personnes atteintes d’albinisme au cours des trois dernières années, c’est pourquoi l’association « Albinos Madagascar » a été créée en mai pour faire face à ce fléau. Il vaut mieux se battre ensemble quand il y a une structure. Actuellement, on a recensé 400 membres à travers Madagascar. Mais cela va s’accentuer parce que nous sommes en train d’aller sur le terrain, avec nos partenaires.  Il y a une mission que nous faisons dans le sud en ce moment, elle dure 20 jours à trois reprises. Nous ferons toute l’enquête sur la situation, les efforts et les solutions qui devraient être prises car tout le projet en dépendra.

*Sur quel type de domaine ou de domaine le projet peut-il s’appuyer ?

Selon l’ordre établi au départ, il y a quelques points parmi lesquels le travail sera fait : Encourager les voisins à accepter et accueillir les personnes atteintes d’albinisme telles qu’elles sont. Un centre sera créé pour former les personnes atteintes d’albinisme, et aider les plus vulnérables en achetant des protections solaires et des lunettes de protection contre la lumière. Rappelons que 90 % des personnes atteintes d’albinisme ont des difficultés. Pour répondre à cela, nous recherchons des partenaires.

En outre, nous recherchons tous les moyens de réduire le taux de violence. 

SANDRA INTERPELLE LES PATRONS D’ENTREPRISES  

Anjaranandrasana Andofaniry Isabelle Sandra est une jeune femme de 27 ans. Elle est titulaire d’un Master en finance de l’Université de Fianarantsoa en 2018. Elle est toujours célibataire, trésorier de l’association Albinos Madagascar. Elle est l’une des rares personnes à n’avoir jamais soulevé de problèmes concernant sa condition physique dans la vie et ses relations avec la société. Elle a toujours eu une vision positive de la vie et cela a été l’une des clés de sa réussite scolaire. Elle a toujours été l’une des meilleurs de l’école qu’elle fréquentait, car elle réussissait toujours l’examen en premier session. Cependant, c’est un gros problème auquel elle est confrontée actuellement, elle est rejetée et recalée à plusieurs reprises. Les gens voient leurs compétences et les invitent à l’oral, mais lorsqu’ils voient leur apparence et leur condition physique, l’employeur est immédiatement le repoussé. L’une des raisons pour lesquelles elle a pu effectuer un stage à la banque était que son père connaissait les fonctionnaires de cette institution. Cependant, même si le travail qu’elle a réalisé répondait aux exigences et satisfaisait le client, elle n’a pas été retenu. “Je ne blâme pas les travailleurs, mais c’est là que j’ai réalisé pour la première fois de ma vie que j’étais une personne handicapée”, dit-elle avec une attitude élevée et un rire doux. Elle appelle les employeurs à ne pas marginaliser les personnes handicapées mais à les mesurer en termes de compétences et de résultats.

Il n’y a pas assez de lois pour protéger les personnes atteintes d’albinisme

Un gros problème pour les personnes atteintes d’albinisme est le manque de lois pour les protéger. Les auteurs font ce qu’ils veulent et considèrent qu’ils jouissent de l’impunité. Il n’y a pratiquement aucune sanction pour les ravisseurs de personnes atteintes d’albinisme. Une peine avec sursis ou une peine maximale de 15 mois. C’est un crime, auquel s’ajoute un enlèvement prémédité pour se protéger contre un meurtre. Lors de la visite de Mme Muluki-Anne Miti Drummond à Madagascar, en septembre, les responsables du tribunal de Madagascar, qui l’ont consultée à Faravohitra, ont déclaré que la loi en vigueur est suffisante pour protéger les personnes atteintes d’albinisme et punir les ravisseurs. Rappelons que cet envoyé et expert a eu de nombreux entretiens, notamment avec le ministre de la Justice, celui de la Défense, le secrétaire d’État chargé de la Gendarmerie, des organisations non gouvernementales et la société civile de la capitale.

Il y a eu un rapport préliminaire rédigé par cet émissaire de Nations Unis comme une sorte d’avertissement et de sensibilisation à l’examen des aspects techniques. Les travaux se poursuivront jusqu’en 2023, après cette descente sur terrain.

Au niveau local, les autorités tentent déjà d’intégrer les personnes atteintes d’albinisme et leurs familles dans la société. Dans la région d’Anosy, il existe une politique particulière en matière de scolarisation des enfants. Le gouverneur, le chef du district, le député et les associations s’unissent pour contribuer. Les personnes atteintes d’albinisme apprennent dès leur plus jeune âge à avoir confiance en elles. De la même manière, les gens sont encouragés à les prendre au sérieux.

Une cible particulière est l’école, qui constitue un pilier de développement humain. L’objectif est qu’ils mènent une vie paisible et participent pleinement au développement de la Nation.

Investigation : Riana Raymonde Randrianarisoa

Ce reportage a été réalisé grâce à la bourse de reportage de Howard G. Buffett Fund for Women Journalists, Un projet d’International Women’s Media Foundation”

1 516 réflexions sur “Trafic des enfants atteints d’albinisme : LES VIERGES COMME PREMIER CIBLE